Lever 05:37:17
Coucher 21:35:19

Principes défendus

1. Défendre les valeurs éthiques associées à la pratique de la chasse : cordialité, respect d’autrui, de la faune sauvage et du gibier, de l’environnement, des différents modes de chasse pratiqués… Par ailleurs, la qualité de l’acte réalisé et le maintien des pratiques cynégétiques doivent primer sur le tableau de chasse.

2. Affirmer et afficher le rôle des chasseurs en tant que gestionnaires de la faune sauvage et de ses habitats. Les chasseurs disposent d’importants atouts dans ce cadre : connaissances approfondies des milieux et des espèces, réalisation de nombreux suivis et participation à des programmes scientifiques, par exemple.

3. Assumer le fait d’être chasseur et refuser de limiter l’acceptation de la chasse au seul rôle qu’elle assure en matière de régulation des espèces. La chasse reste avant tout un loisir légalement autorisé dont l’accès au plus grand nombre constitue l’un des acquis de la Révolution française. Par ailleurs, les chasseurs assument pleinement leur relation avec le monde sauvage intégrant l’acte consistant à prélever des animaux.

4. Développer une gestion environnementale concertée plutôt qu’une sanctuarisation des espaces ordinaires ou remarquables. En effet, protéger la nature en la plaçant sous cloche constitue pour les chasseurs du Doubs une vision obsolète de la conservation. Ils s’inscrivent dans une protection active de la nature « ordinaire » en conservant les activités en place et en impliquant les acteurs locaux.

5. Rejeter le concept de zones d’exclusion en reconnaissant à la faune la liberté de se déplacer et de s’implanter dans les milieux qui lui sont favorables. La faune sauvage n’appartient à personne, elle doit rester libre de se mouvoir.

6. Garantir le maintien de la diversité des modes de chasse autorisés et préserver la culture cynégétique qui en résulte. Faciliter leur expression y compris pour les modes de chasse ou procédés minoritairement pratiqués : chasse à l’arc, petite vénerie, etc.

7. Refuser un développement économique et cynégétique exclusivement axé sur celui du grand gibier au profit d’actions favorables à la petite faune chassable et intéresser les chasseurs à la conservation de ces gibiers. En contrepartie d’une politique de développement modéré de la grande faune, la Fédération attend un soutien opérationnel de ses partenaires agriculteurs et forestiers pour lui permettre d’atteindre cet objectif.

8. Privilégier le dialogue et la cohabitation avec les utilisateurs de la nature et non le partage de l’espace. Les chasseurs refusent toute notion de partage spatio-temporel entre les activités de nature. Ils choisissent la voie de la cohabitation sécurisée dans l’espace rural.

9. Valoriser l’image de la chasse et favoriser une perception positive, plus objective en mettant en exergue les contributions positives des chasseurs du Doubs à la préservation de la biodiversité et à la gestion raisonnée de la faune.